Créer un jardin

-
Créer un jardin thérapeutique signifie concevoir un espace basé sur le diagnostic d'une population souffrant d'une ou plusieurs pathologies avec l'objectif de lui permettre une stabilisation ou une amélioration de son bilan santé.  O Ubi Campi a développé une expertise pour accompagner l'équipe soignante dans l'élaboration d'un tel projet.

Création d'un jardin thérapeutique :

La conception d'un projet de jardin thérapeutique est l'étape fondatrice de l'élaboration d'un programme de soins adaptés dans les espaces extérieurs d'une institution médico-sociale.
O Ubi Campi vous accompagne avec une démarche structurante et rationnelle.
Elle se fonde sur quelques étapes clés auxquelles sont associées autant que possible:
  • l'équipe soignante
  • la direction de l'établissement
  • le médecin responsable
  • des représentants des familles 
  • les résidents 

La première étape consiste à caractériser la population pour laquelle le projet de jardin est destiné:

Ce diagnostic est destiné à connaître précisément les différentes pathologies présentes et d'en apprécier la sévérité. Il est pertinent à ce stade de les apprécier sur les échelles de mesure usuellement utilisées, mais aussi de connaître les cas particuliers, la fréquence des incidents relevés par les soignants ( chutes, crise d'agressivité, déambulation nocturne, fugue...)
La deuxième étape s'appliquera à identifier les objectifs thérapeutiques qui seront retenus :
  • D'une part pour la pertinence de ces objectifs vis à vis des pathologies relevées dans la     première étape.
  • D'autre part pour leur cohérence avec les pratiques de soins déjà mise en oeuvre au sein du service.
  • Enfin pour la capacité de réponse des ateliers disponibles vis à vis des pathologies prises en charge.
Associées à ces deux étapes il conviendra de procéder à une observation minutieuse de l'environnement afin que la conception du jardin thérapeutique soit la plus pertinente au regard de :
  • L'accessibilité du jardin pour les résidents 
  • Espace à parcourir pour accéder au jardin (difficultés éventuelles rencontrées : marches,     portes, pentes...)
  • La visibilité du jardin depuis l'intérieur de l'établissement
  • Plus le jardin est visible depuis les fenêtres des chambres des résidents, les parties communes,     la salle de restaurant... plus il constituera une invitation permanente à être fréquenté
  • La possibilité d'y former un espace attrayant et harmonieux.
Il convient de mettre en place une démarche participative pour l'élaboration d'un projet de jardin thérapeutique. Dans cette dimension participative, il convient de choisir une équipe motivée bien sûr, mais aussi qui soit prête avant tout à concevoir le jardin avec pour cible première "la valeur ajoutée pour les résidents" et cela en laissant parfois de côté, ses expériences personnelles associées au jardin d'ornement; car ici ce que l'on vise c'est un jardin thérapeutique pour lequel on souhaite livrer une réelle mission de soins, mission qui n'est pas présente dans un jardin ornemental traditionnel. Bien entendu, les connaissances de jardinage seront toujours utiles et valorisées dans les étapes suivantes lorsqu'il s'agira de mettre en oeuvre le jardin, de choisir des essences végétales..
Nous avons pu recenser plus de 200 publications sur PubMed - la base de données bibliographiques des publications médicales – plus de 200 publications pour les mots clés associant des études relatives aux effets positifs du jardin sur la santé. Ces études pour être plus spécifiques analysent pour l’essentiel les liens entre la fréquentation d’un jardin en général avec le traitement de certains symptômes.
Ces études, dans l’ensemble ne font pas de distinctions entre les jardins quant à leur composition, et s’attachent avec des protocoles variables à distinguer l’évolution du diagnostic porté sur les troubles du comportement pour des patients tels que :
  • personnes âgées en perte d’autonomie fonctionnelle
  • personnes atteintes de la Maladie d’Alzheimer ou troubles associés
  • personnes atteintes de troubles du spectre autistique
  • personnes atteintes de troubles mentaux et du comportement
  • personnes en convalescence suite à un traumatisme (guerre, violence conjugale)
  • personnes suivies dans un service d’oncologie pour le traitement d’un cancer
  • personnes en convalescence post-opératoire
  • personnes dans un établissement spécialisé pour la rééducation consécutive à un accident

La principale difficulté pour présenter une synthèse de ces données bibliographiques réside dans le caractère très dispersé des dispositifs de mesures, mais aussi le manque de cohérence entre les protocoles d’évaluation.

 Créer un environnement

Avant de présenter une analyse plus détaillée de ces données, nous en avons fait la synthèse suivante :
le jardin n’est pas utilisé comme un outil de soin à 100% pour une pathologie mais généralement comme un accompagnement, un complément à une démarche thérapeutique médicamenteuse ou non. Il n’est donc pas possible à l’issue de ces travaux d’attribuer au jardin exclusivement les bénéfices observés sur les patients – les protocoles utilisés n’ayant pas intégré de groupe contrôle (témoin).
Les principales indications pour lesquelles ces études ont été conduites concernent:
  • La pratique de la marche et d’un exercice physique en général,
  • La prise en charge de patients avec un syndrome dépressif léger, et l’accompagnement de      patient atteint d’un syndrome dépressif majeur,
  • L’accompagnement du patient dans des phases de convalescence,
  • La rééducation post-traumatique : praxie, stimulation sensorielle
  • La prise en charge de troubles du comportement tel que stress, anxiété, agressivité…
  • Le respect des consignes, le développement du lien social pour des patients autistes
La caractéristique commune à l’ensemble des publications étudiées est relevée dans les conclusions des articles et peut être résumée comme suit :
Les observations faites au cours de cette étude sont prometteuses quant à l’impact positif de la fréquentation du jardin, mais ne permettent pas de tirer de réelles conclusions relatives aux indications thérapeutiques pour la population considérée. Des travaux complémentaires sont indispensables pour compléter ces observations d’un dispositif de mesure capables d’apprécier l’efficacité du jardin, d’orienter la pratique des soins sur des cibles précises, de qualifier le jardin dans son contenu par rapport à une mission thérapeutique définie, et d’évaluer la fréquentation nécessaire pour soutenir un objectif de traitement.
La création d'un jardin thérapeutique : étapes clés
  • Elaboration du besoin - description des objectifs du jardin thérapeutique
  • Conception du jardin thérapeutique
  • Financement du jardin thérapeutique
  • Réalisation du jardin thérapeutique
  • Formation des professionnels à la valorisation d'un jardin thérapeutique
  • Mise en oeuvre d'un programme de soins dans un jardin thérapeutique
  • Evaluation du bénéfice thérapeutique d'un jardin spécialisé