Jardin thérapeutique et autisme

O Ubi Campi
Le jardin peut être l’occasion de déployer une offre de soins efficaces à destination de populations souffrant de troubles du spectre autistique (TSA). Jardin thérapeutique et autisme, une rencontre riche d’opportunités pour la santé et le bien-être.

Les travaux de l’équipe de Cynthia Woo à l’Université de Irvine en Californie ont démontré l’impact d’un environnement enrichi conçu à destination de d’enfants autistes. Des perspectives de transposition au jardin thérapeutique et autisme.

jardin thérapeutique et autisme

Ses publications en 2015 ont mis en évidence un impact favorable sur l’amélioration des réponses à des tests de QI, une baisse des réactions atypiques suite à des stimulations externes et une meilleure aptitude à la formulation  et la communication.

Les objectifs d’un jardin pour autistes (TSA)

Nos équipes se sont efforcées de concevoir dans l’espace de jardins implantés dans des institutions médico-sociales (FAM, MAS) de concevoir des modules d’enrichissement adaptés. Il s’agit afin de prolonger une offre de soin dans la vie quotidienne. Les objectifs retenus dans ces efforts de conception concernent :

  • troubles du comportement
  • difficultés de langage
  • respect des consignes
  • communication avec autrui

Jardin thérapeutique et autisme: L’architecture 

Les jardins permettent de décliner une diversité d’espaces se succédant le long d’allées. Ces allées ont généralement des formes sinueuses favorisant la découverte et la formation d’une atmosphère rassurante et stimulante au sein d’alvéoles végétales bienveillantes.

Ici le jardin raconte des histoires rassurantes, la stimulation sensorielle n’est pas confondue avec sur-stimulation. La diversité des couleurs du végétal aspire à l’harmonie en évitant des changements de tonalité trop forte.  Les profils paysagers s’efforcent d’offrir une continuité dans l’horizon sans suggérer une sensation d’enfermement.

Jardin thérapeutique et autisme: Conception

La conception du jardin sera centrée sur les besoins et les fragilités de la population accueillie. Ceci en gardant à l’esprit que cette population va évoluer avec le temps, tant par l’accueil de nouveaux résidents que par le vieillissement des présents.

Il convient pour l’apprécier de la façon la plus juste de procéder à un diagnostic multi-dimensionnel  des déficiences, sensibilités et capacités :

Domaine socio-émotionnel

  • Troubles du comportement
  • Interactions sociales
  • Attention
  • Langage expression
  • Langage compréhension

Perception sensorielle & émotionnelle

  • Visuelle
  • Auditive
  • Olfactive
  • Gustative
  • Douleur physique
  • Douleur psychique

Trouble cognitif

  • Orientation spatiale
  • Perception temporelle
  • Interactions causes – effets
  • Perception des objets
  • Mémoire procédurale
  • Estime / perception de soi

 Psychomotricité

  • Marche
  • Coordination
  • Conscience psycho-corporelle
  • Tonus
  • Équilibre
  • Motricité fine/globale
  • Sensation vestibulaire

L’objectif de ce diagnostic est de recueillir les principales attentes des professionnels sur les missions potentielles du jardin enrichi. Sachant que ces objectifs pourront être mis en œuvre de façon différenciée dans les espaces disponibles sur l’établissement concerné. Il pourra s’agir d’espaces communs ou d’espaces privatifs, comme c’est souvent le cas dans les FAM et MAS qui opèrent sur un principe de maisonnées.

L’autisme est l’un des domaines où l’environnement enrichi a déjà produit des travaux de recherches probants.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.