Etablissements de Santé

-

Le jardin thérapeutique O Ubi Campi est conçu en fonction de la population qu'il accueille et des objectifs de soins.Nos travaux de recherche ont permis d'identifier comment enrichir un jardin ordinaire suivant des cibles thérapeutiques choisies. Nos liens étroits avec des Foyers d'Accueil Médicalisé (FAM), Maisons d'Accueil Spécialisée (MAS), Institut Médico-Educatif (IME) nous permettent d'ajuster l'aménagement d'un jardin en fonction du profil des patients.

La conception d'un jardin thérapeutique est centrée sur le patient. Le patient oriente en fonction de ses vulnérabilités, déficiences et pathologies la mission et par conséquent la composition du jardin. Bien évidemment en fonction de l'environnement, l'architecture, la palette végétale, l'orientation seront ajustés.

O Ubi Campi a procédé à une analyse rationnelle et fonctionnelle des besoins à couvrir au sein d'un jardin :

Jardin thérapeutique & sécurité

La sécurité du résident en institution médico-sociale est évidemment une exigence prioritaire. La sécurité couvre autant le choix de la palette végétale éliminant des essences toxiques ou allergènes, la protection des zones à risques (étang, cours d'eau, ravins, escarpement...), l'élimination d'arbres présentant des branches dangereuses, l'aménagement de clôtures...

Jardin thérapeutique & ergonomie

Lorsque la sécurité du résident est assurée, il convient d'assurer son ergonomie : par la répartition des espaces de repos, le choix du revêtement, les distances à parcourir, les dimensions et les hauteurs des aménagements, la qualité des mobiliers...

Assurer l'ergonomie d'un jardin, en implantant uniquement des jardinières à hauteur, ne constitue pas cependant, un ajustement suffisant pour qu'il devienne thérapeutique. Nos études cliniques l'ont démontré, en soulignant que le bénéfice pour la patient n'était pas à ce stade significatif.

Jardin thérapeutique & esthétique

Avant d'envisager une dimension thérapeutique pour un jardin, il est essentiel que celui-ci soit fréquenté. Pour cela sa valeur esthétique formant une invitation permanente à le fréquenter est essentielle. Une étude particulière a été conduite afin d'identifier ce qu'il convenait d'intégrer dans le jardin afin qu'il exerce un magnétisme naturel vis à vis de personnes vulnérables pour qu'elles y aillent spontanément lorsqu'elles sont suffisamment autonomes. La dimension esthétique et naturelle du jardin joue sur ce point une attraction très forte. Il convient à ce titre d'éviter une trop forte tonalité assimilable à un parcours de santé...

Jardin thérapeutique & bien-être

Il ne suffit pas d'aller dans un jardin et de le parcourir pour que celui-ci exerce sur le patient tout son potentiel. Certes la marche offre un bénéfice bien connu, mais il convient par la dimension bienveillante du jardin, de permettre au résident de trouver ou de découvrir le plaisir d'y séjourner, d'entrer en interaction avec son environnement, et de passer progressivement de spectateur à acteur du lieu. Identifier ce qui formera le bien-être de la personne, et l'incitera à y prolonger son séjour a été un effort continu pour lequel l'utilisation de simulateurs de vieillissement a permis d'ajuster les univers et les dimensions perceptibles par des personnes fragilisées.

Jardin thérapeutique & sensorialité

C'est dans cet objectif de bien-être que l'amplification de la stimulation sensorielle s'est révélée essentielle. Ce qui est perceptible à certains, ne l'est souvent plus pour des déficients visuels, auditifs, gustatifs, olfactifs ou tactiles. Cette augmentation de la sensorialité du jardin participe de l'interaction que le patient va construire dans le lieu, et du lâcher prise qu'il concèdera par rapport au milieu contraignant que constitue ordinairement un établissement de santé. 

Cette expertise acquise des différentes dimensions nécessaires à couvrir dans un jardin, a permis à O Ubi Campi, de former des réponses adaptées et pertinentes pour des populations aussi variées que :

  • l'autisme
  • les différentes formes de handicaps (moteurs et mentaux)
  • les déficients intellectuelles
  • les populations infanto-juvéniles
  • la gériatrie
  • les maladies neuro-dégénératives
  • les conduites addictives
  • les troubles psychiatriques
  • la dépression

Et nous permettent d'envisager d'étendre nos travaux de recherches à d'autres domaines que nous déploierons si nous obtenons des résultats significatifs et bénéfiques pour le patients.