therapie jardinage Les travaux de recherches d'O Ubi Campi se sont orientés également en 2017 afin d'identifier et de proposer suivant le profil des patients des activités de jardinage ciblés en fonction des objectifs thérapeutiques.

jardinage

massifs de fleurs hortitherapie

fleurs jardinage

Le jardinage et la thérapie en EHPAD et à l'Hôpital

Au cours du XIXème siècle, la dimension thérapeutique du jardinage et de la sortie dans un jardin fait souvent partie du projet de soin. Les établissements de santé disposent pour la plupart de larges jardins d'agrément, d'importants potagers voire même de petits élevages.  Dans les hôpitaux psychiatriques, le jardin est parfois considéré d'une part comme l'un des puissants moyens thérapeutiques, mais aussi un outil de production générant une valeur économique.

C'est dans la seconde moitié du XXème siècle que la situation évolue. L'arrivée de l'automobile, produit une transformation des jardins en parkings, la confiance acquise dans les progrès de la médecine, font sortir du champ d'appréciation les bienfaits potentiels de la présence d'un jardin. Ceux-ci n'ayant pas jusqu'alors été réellement évalués. 

Par la suite et notamment dans les pays anglo-saxons et scandinaves, plusieurs mouvements se développent pour réintroduire les jardins au sein des établissements de santé. La présence du jardinage à l'hôpital ouvre une brèche dans l'univers fonctionnel et fermé des établissements de santé. Il s'agissait alors d'un "bras de fer" pour vaincre les résistances du pouvoir médical.

Il fallait démontrer cependant et obtenir des preuves scientifiques. Ce besoin a généré quelques travaux et notamment ceux de Roger Ulrich en 1984, qui soulignait le mérite d'avoir une chambre d'hôpital dont la vue s'ouvrait sur de la végétation, des arbres... pour réduire la durée d'une convalescence post-opératoire.